Eloge de Wellington (2)

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

 Paru dans le journal la Nef, mai 2010

 Rompre le contact

Prenons un exemple. Supposez que le pape soit encore une fois cette année traîné dans la boue, au mépris de la plus élémentaire déontologie. Que dirait Wellington, selon vous, à tel cardinal, ou à tel porte-parole des évêques de France, ou à tel responsable d’association catholique, ou peut-être même au Vatican, à condition qu’ils aient la même humilité que Wellington ? Réponse à mon avis évidente : ne vous imaginez pas que vous êtes des surhommes. Il n’y a pas de miracle pour des hommes qui doivent se servir de leur raison ; refusez le contact sur des terrains où le combat est perdu d’avance. 

Que veut dire ici : rompre le contact ? Tout simplement, se taire. Ne pas répliquer, ne pas commenter, ne pas polémiquer, ne pas même nier. Se taire. Seul le silence est capable d’arrêter un moulin à paroles.   

Pourquoi Wellington conseille-t-il de rompre le contact? Parce que l’idéologie a besoin de donner à ses rituels de mise à mort, l’intérêt d’un match de boxe et la respectabilité d’un débat. Or le match n’a d’intérêt que si la victime se débat. Les cartes sont truquées, mais il faut que la dupe accepte de venir s’asseoir à la table de jeu. Ne pas s’y asseoir : tout est là. 

« Jésus, pendant ce temps, gardait le silence. » Et Ponce Pilate en est stupéfait. Il n’est sûrement pas le seul. Wellington conseillera ici de faire de même. Ceux qui opposeraient le mutisme à l’injure, le silence au tintamarre médiatique, la chaise vide à la manipulation des débats, n’imaginent pas quel vacarme étourdissant ils feraient.

Surtout, l’industrie des « informations » n’est qu’un sous ensemble de l’industrie du spectacle ou du divertissement. Sa rentabilité financière repose sur l’intérêt des fictions-informations. Et si un accusateur  s’agite seul sur scène et monologue, s’il ne peut pas montrer le méchant, l’intérêt du spectacle s’effondre, avec lui l’audimat, la publicité, et le résultat. Mais Wellington conseillerait aussi, à tous ceux qui suivraient son conseil, d’expliquer abondamment sur Internet le sens de leur silence.

On doit toujours discuter de tout, mais entre personnes objectives, avec raison. Et la raison a besoin de temps, de relations longues et approfondies. Et il n’y a rien de tel dans de nombreux canaux d’information. Conclusion ? Wellington. La où règne l’exubérance irrationnelle de l’actualité, il vaut mieux se taire. La seule stratégie de communication dans les médias creux ? pas de communication dans les médias creux.    

 

Vers le Waterloo du politiquement correct

 

Un responsable, aujourd’hui, n’a plus besoin des grands médias pour communiquer, du moins s’il a quelque chose à dire. Plus un pouvoir existe réellement, moins il a besoin de paraître, et inversement. Aujourd’hui, avec un simple site Internet et une caméra grand public, on peut en grande partie contourner les institutions médiatiques.

Comment promouvoir un discours de responsabilité à travers les médias de masse ? Est-il possible de formater médiatiquement un message de raison sans le dénaturer complètement ? Un problème éthique fondamental se pose aux acteurs médiatiques : restaurer la rationalité et l’équité du débat. Inenvisageable ?

Pourtant l’évolution de la technique et celle du marché de la presse permettent d’espérer. En effet, l’information libre, ne possède plus aujourd’hui de valeur marchande. Les journaux perdent de l’argent, leurs tirages baissent. Les grandes chaînes d’information gèrent leur déclin. Elles sont concurrencées par de multiples medias gratuits, depuis le journal du métro au partage de données sur les réseaux sociaux. Les gens sont prêts à payer pour une analyse ou un renseignement, pas pour des banalités ou des buzz.

 

Le pouvoir égalisateur de l’Internet

 

Quand un terrain n’est plus habitable pour la raison, celle-ci doit chercher un ailleurs où exister : un site internet avec des contenus de qualité, un système de blogs, etc. C’est sur Internet qu’il est possible de mettre à disposition documents, références, témoignages, images, commentaires sérieux, vidéos, interviews audio. Il y a là tout un travail de journalisme réel à inventer.

Commentaires 

 
+1 # André Blanc 2010-05-06 18:23 J\'ai vivement apprécié cet article que j\'ai lu dans \"La Nef\". Il indique une stratégie nécessaire ; mais il faudrait que s\'y joigne l\'action par les homélies, ce que les prêtres ni les évêques ne font jamais. Dans ma jeunesse (avant la guerre et même un peu après, ils tonnaient à tout propos, exagérément, mais leur silence actuel ne vaut pas mieux : ca c\'est un moment privilégié que l\'homélie : les con tradicteurs ne peuvent s\'y manifester. D\'ailleurs combien y en aurait-il 10 % au maximum, et ils atteindraeint la majorité silencieuse. Nous assistons àune \"trahison des clercs\", dans un sens différent de celui que lui donnait Julien Benda, évidemment.
Coridalaement.
A.B.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
+2 # LG 2010-05-09 14:21 Je vous remercie infiniment, c\'est ainsi que j\'agis…car je suis devenu une belle cible ! Merci Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
+1 # Bernard OUSSET 2010-05-10 09:03 Excellente réflexion; réellement stratégique; deux choses sont nécessaires : a) ne pas se placer sur le terrain choisi par nos ennemis, b)analyser sérieusement et en profondeur les mécanismes du système médiatique.
Bravo.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
0 # Panouf 2010-05-10 10:48 J\'ai vu ce site grace au salon beige qui a signalé cet article;
Vous etes dans mes favoris!!!
Je suis du reste totalement d\'accord; et il y a une technique que vous n\'avez pas dite: renvoyer systématiquemen t aux médias la vérité et à ses éléments: dès qu\'un élément sort sur Internet leur envoyer un mail avec le lien;

Je ne pense pas que cela soit risqué en termes de stratégie: les médias savent qu\'Internet existe, et sauraient aller y chercher de la matière pour leurs articles; le risque d\'utilisation de ces données contre nous est faible; par contre, ce type d\'action permettrait de faire savoir aux médias que nous savons qu\'ils mentent, et aussi d\'attaquer le système par son point faible: la conscience des hommes…
Si à chaque polémique un mail de réinformation, citant ses sources est envoyé, cela aura forcément un impact sur celui qui le recevra, et qui aura lui l\'oreille de ceux qui font les articles… Il n\'y a pas mieux pour faire tomber ce système que de se faire des alliés à l\'intérieur.

Par ailleurs, il serait intéressant d\'expliquer comment manier Internet: il y a sans doute des sites à connaitre, des trucs à savoir pour écrire les billets…
Répondre | Répondre en citant | Citer
 
 
0 # panouf 2010-05-11 15:57 Il y aurait une autre tactique: n'accepter l'affrontement sur ce terrain que lorsqu'on est sur de pouvoir le remporter;

Pour moi, le système médiatique a plusieurs grandes forces:
1 Le controle de la sortie des informations: il suffit dans ce système de ne pas dire une information pour qu'elle reste ignorée
2 Une capacité de manipulation: les médias ont le pouvoir de vous faire dire ce qu'ils veulent: toute intervention de votre part doit être AUSSI filmée par vous même afin d'arracher le controle des vidéos.
3 Une résonnance immédiate de tous les éléments à charge et d'aucun à décharge…
4 Ceux qui ne sont pas présent ont tort de toute façon…

Alors je me demande si la bonne tactique ne serait pas, avant toute intervention télévisée, de de demander de filmer aussi la totalité du débat (en promettant de restreindre la diffusion afin de ne pas causer de dommages aux recettes de la chaine); de demander à voir la vidéo et à en avoir la version originale de celle qui serait projetée; et enfin de chercher rapidement la totalité des amalgames et des dissimulations preuves en mains: il y a eu une utilisation d'autres vidéos, des mensonges, des implications fausses reposant sur un mensonge?
A ce moment là on agit, on remet en lumière les manipulations, on les PROUVE par A + B… et on les balance à la tête de ceux qui ont inventé cette émission au cours du débat, avant d'utiliser la vidéo pour de l'émission pour se défendre.
Je fais bien évidemment allusion aux "infiltrés"…
Après la question est: nous laisserait-on parler ou non? Il est assez facile de couper un micro… pour que cette tactique soit fiable, il faudrait vraiment que la manipulation soit criante, et la contre offensive, dans les jours voire les heures qui suivent suffisament forte pour faire un buzz monstre…
Je ne dis pas que cela ne sera pas possible un jour, mais pour le moment les conditions ne sont effectivement pas réunies.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Nouveauté !

Evénements

Aucun événement