Réflexions sur l’information

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Je n’aime pas commenter les sujets qu’on dit  d’actualité, sauf après coup, quand ils ne sont plus d’actualité. Je ne sais pas si c’est le meilleur moyen de plaire, mais je sais que c’est la meilleure façon d’être utile. Je voudrais dire pourquoi.

 

La vérité, qu’est-ce que la vérité ?

 

Supposons que les journaux, notamment les journaux télévisés, se mettent a parler beaucoup d’une institution financière, une banque B., par exemple. Supposons que ces journaux disent: « La banque B. a perdu 200 millions d’Euros sur le premier semestre ». Et supposons que cette banque ait effectivement enregistré des pertes au cours de l’exercice. Est-ce que les journaux auront donné, ce faisant, une information vraie ? La réponse, évidemment, est ‘oui’, pense-t-on spontanément. Et pourtant, la réponse est ‘non’, évidemment.

 

Un fait isolé n’a pas de sens. Un fait qui n’est pas mis en perspective non plus. Un fait isolé peut induire une interprétation fausse. Il peut être trompeur.

 

Supposons, par exemple, que durant ce même semestre, les cinq principales concurrentes de la banque B. aient eu des pertes très supérieures. Le fait brut qu’on appelle une information exacte, est non pas faux, mais induirait en erreur, puisqu’on pense que la banque B. est particulièrement en difficulté, alors qu’au contraire, elle s’en sort plutôt bien. Le renseignement vrai, utile et juste serait : « Dans une situation difficile pour les banques, la banque B. s’en tire moins mal que les autres. »

 

Une « divinité cruelle et capricieuse »

 

Maintenant, supposons qu’un journal ne donne sur la banque B. que des informations non mises en perspective, et s’attarde longuement à analyser les raisons de ces pertes. Supposons qu’un bulletin dit d’information, passant en boucle ou en bandeau défilant, alerte continuellement l’auditeur, ou le téléspectateur, sur ces pertes. S’agit-il d’information ? Non. Cela s’appelle une campagne de presse contre la banque visée. Le seul événement certain, c’est que des gens ont décidé de lui nuire. En termes précis, il s’agit de diffamation visant une institution, au moyen de la montée en épingle d’un agrégat de faits réels mais inutilisables, faute de quantification et de mise en perspective.

 

Dans une Démocratie durable, il y a des lois permettant de protéger la réputation d’une institution contre ce genre de diffamation. Dans une Démocratie non durable, la presse joue parfois le rôle de ce que l’Anglais Lloyd, dans son livre What the Media Do to Our Democracy appelle « a cruel and capricious deity ».

 

L’histoire et le roman

 

En général, l’information financière est faite sérieusement, parce que ceux qui la lisent ont envie de savoir la vérité, ce qui est la seule chose utile.

 

Il faut se résigner à une réalité : l’information sérieuse n’est pas spectaculaire. C’est comme un diner en ville où l`on ne dirait du mal de personne et où il faudrait en plus faire un effort de réflexion. Il est vrai que, si l’on pouvait survivre à ce genre de diners, on en sortirait avec l’impression de ne pas avoir perdu son temps.

 

L`information divertissante est comparable à un roman historique en temps réel. Le seul enseignement certain porte sur la subjectivité de ceux qui parlent ou écrivent. C’est un inextricable mélange de faits, de sensationnel, de conflictualité et de scandale. Se renseigner via ces médias, c’est comme vouloir savoir qui était Richelieu en lisant Les Trois Mousquetaires.

 

Trois résolutions

 

Je suggère en conclusion d’examiner trois résolutions :

 

1ère Résolution : pratiquer le doute cartésien, et le soupçon nietzschéen, par rapport à l’information, tant que l’information n’est pas strictement séparée du divertissement. C’est à dire pour un certain temps.

 

2ème résolution : éviter d’entamer trop vite des discussions et des polémiques, sur la base de ces inepties. Car c’est exactement ainsi que le manque de sérieux, de vérité et de justice érode le fonctionnement rationnel de notre démocratie.

 

3ème Résolution : faire peut-être l’application de ces principes à tel ou tel sujet de ce dernier mois d’actualité.

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Nouveauté !

Evénements

Aucun événement